top of page
  • Photo du rédacteurCynoChon

Parlons réactivité

Photo de ARTISTIC FRAMES sur Unsplash



Que vous soyez confronté à de la réactivité ou non avec votre chien, cet article est là pour vous aider à comprendre ce qu'on nomme réactivité.


⚠️ J'ai vulgarisé le sujet. La réactivité est un sujet tellement complexe qu'il faut bien plus d'un article pour l'aborder en profondeur.

J'ai prévu plusieurs articles sur le sujet qui viendront prochainement.









Comprendre la réactivité

Un chien réactif est un chien dont les réactions sont considérées comme inappropriées. Cela peut se manifester par des aboiements, des grognements, se jeter en bout de laisse, être "hors de contrôle"...


La réactivité peut se présenter sous diverses formes et peut être déclenchée par différentes émotions telles que la peur, l'excitation, la frustration, etc.


Le chien se retrouve alors submergé par son émotion. 

Et c’est très important à souligner, car c’est cela qu’il faut comprendre pour aider un chien réactif. 

En effet, le chien n'a pas des comportements dits réactif par "volonté". Il subit également cette trop forte émotion. C'est pourquoi un travail de fond pour travailler son émotionnel est fondamental.


Les causes

Plusieurs facteurs peuvent amener un chien à être réactif :


  • Une mauvaise socialisation : un chien qui n’a rien vu du tout ou à qui on aurait montré plein de choses, mais sans veiller à ce qu’il les vive de façon sereine.


  • Un traumatisme : on peut penser à une attaque d’un autre chien ou un comportement humain disproportionné, mais cela peut aussi être quelque chose de moins fort à nos yeux, mais répéter, comme accepter le contact d’un inconnu dans la rue sans respect des signaux d’inconfort, des contacts avec des chiens ne respectant pas ses demandes d’arrêt, etc.


  • La génétique


  • La frustration


  • Etc.


Et bien sûr, plusieurs facteurs peuvent s’associer.


Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que la réactivité, c’est loin d’être une question d’éducation ou de fermeté ! La grande majorité des réactifs que je rencontre, le sont à cause  d’expériences malheureuses avec des chiens en libre. 


Une fatalité

La réactivité, ce n’est pas une fatalité. Et j’entends par là deux choses :


  • Oui, la réactivité se travaille 

On va travailler l’émotionnel du chien, la cause de sa réactivité en premier lieu. Le but va être de l’aider à ne plus être submergé par son émotion, à savoir comment réagir, à se sentir beaucoup plus serein.

La réprimande, le forcer aux contacts, etc. ne fera qu'empirer le problème à long terme.


  • Ce n’est pas parce que votre chien est réactif que cela en fait un «mauvais» chien. C’est un fait actuel, mais cela ne doit pas le définir. 

Je sais que cela peut devenir une vraie charge mentale, et loin de moi l’idée de dénigrer ou de minimiser cela. 

Mais je rencontre trop de propriétaires de chiens réactifs qui se sentent presque non autorisés à vanter les qualités de leur chien. 

Votre chien peut être réactif, et bien d’autres choses encore : être capable d’une grande gentillesse dans d’autres contextes, connaître plein d’exercices, être super doué en recherche, être un super chien au quotidien, joueur, etc.


Que faire ?

Si la réactivité de votre chien représente une gêne pour vous ou un danger pour vous ou autrui, contactez un professionnel canin bienveillant envers le chien et vous.


Il mettra en place différents types de solutions pour vous permettre, à vous et votre chien, de limiter les déclenchements, de travailler le fond du problème, de développer certaines compétences nécessaires, comme la confiance, l’autonomie, etc.


Et enfin, de vous accompagner pour les mises en situation.


Attention, le travail mis en place doit toujours respecter l’émotionnel du chien. 

Refuser l’immersion !


De la patience et de la bienveillance

Le travail de la réactivité est un travail sur le long terme.

Rappelez-vous, on travaille l’émotionnel.

Personnellement, je cherche un chien qui est capable de bien vivre la situation, pas uniquement d’être capable de répondre à un éducatif, tout en bouillant de l'intérieur.


C’est un travail qui demande beaucoup de bienveillance envers son chien, mais également envers soi-même. 

Ne soyez pas trop dur avec vous-même. La réactivité, ça impacte aussi vos émotions, c'est normal.


Et enfin, pour les personnes qui n’ont pas de chiens réactifs. Vous avez une importance aussi, vous pouvez aider :

  • En ne donnant pas de conseils non sollicités, même avec les meilleures intentions du monde.

  • En vous abstenant de juger, avec des mots ou des regards insistants.

  • En respectant les demandes (attacher le chien, ne pas dire bonjour...) sans discuter.

  • En ne laissant pas un chien divaguer

  • En attachant votre chien s'il n'a pas un rappel suffisant pour revenir à la vue d'un autre chien

  • etc


En résumé

Les comportements associés à la réactivité ne sont pas des comportements anormaux chez le chien.

Mais la réactivité est le signe que quelque chose le met en difficulté, et c’est cela qu’il faut travailler en premier lieu.

Il faut toujours travailler sur la cause et non juste sur les symptômes.


Un professionnel canin bienveillant pourra vous aider dans ce travail à long terme.


Non, vous n’êtes pas un mauvais propriétaire.


Oui, vous avez le droit d’aimer votre chien, d’en être fier/fière.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page