top of page
  • Photo du rédacteurCynoChon-Cynologiste

Mon chien est surexcité en extérieur - Partie 2

Dans l'article de la semaine dernière, nous avions vu les vérifications à faire en premier lieu.

Aujourd'hui nous allons aborder la suite à mettre en place.


Mais avant, je tiens à repréciser qu'ici je ne vais vous donner que des pistes de compréhension et d'axe de travail. Il est primordial de garder à l'esprit que rien ne remplacera l'analyse et la création d'un plan de travail adapté et individualisé fait par un professionnel canin agissant dans la bienveillance.


Identifier les axes de travail

Si votre chien présente des peurs, pouvant mener à de la réactivité, de la fuite, etc. Il va être important de travailler cela spécifiquement en amont ou en parallèle en fonction du cas.

Si la cause d'un état émotionnel trop haut en extérieur est liée à des déclencheurs précis, les axes de travail donné dans cet article ne suffiront pas. Il faut toujours trouver et travailler la cause du comportement pour le modifier.


Travail du calme

C'est un travail très important. Ici je ne parle pas d'un simple assis ou coucher où le chien se contient. Je parle d'apprendre à votre chien à s'apaiser, à rester calme, à se détendre, et même à dormir.

C'est un travail qui peut prendre un peu de temps, car on parle ici d'un travail émotionnel en profondeur.


Le premier point avant de parler du chien, c'est de parler de l'humain, notamment de l'attitude de ce dernier. Pour que votre chien soit calme, il faut que vous le soyez aussi. Vous devez accompagner votre chien, le guider, et votre attitude est une grosse part de ce travail.


Sans surprise pour ceux qui me connaissent je vais vous parler de méditation, à faire seul et/ou avec votre chien. C'est un merveilleux moyen d'aborder le travail du calme en duo, en connexion.

Pour ceux qui ont envie d'en savoir plus, je vous laisse découvrir mon Initiation à la méditation avec son chien.


On va ensuite renforcer le calme du chien, dans un environnement propice, pour ensuite pouvoir amener ce calme dans différents contextes.

Il existe différentes façons de le faire, avec un éducatif ou pas, avec un support type tapis ou pas.... L'important étant d'arriver à un vrai calme du chien, un réel état de détente.


L'émotionnel de départ

Si déjà l'idée de la sortie est source d'émotionnel trop haut, le reste de la balade ne promet pas d'être apaisée.

Attention, je ne parle pas ici d'un chien content. Heureusement le chien a le droit de vivre des émotions, d'être heureux de sortir, de jouer, de courir, etc. Un chien n'est pas une peluche inexpressive.

Là on parle d'un chien qui va sauter partout, aboyer comme un fou, un chien qui n'entend plus rien, bref dans l'excès, qui se fait déborder par ses émotions.


Il va donc être important de trouver la cause de cet état : stress, joie, etc.

Et en fonction de cela, choisir la ou les méthodes pour apaiser la situation. On peut par exemple faire de faux départs plusieurs fois dans la journée, mais attention, pour certains chiens, cela peut engendrer plus de stress. On peut associer les déclencheurs (vêtements, harnais, etc.) à une autre activité, plutôt calme, comme de la recherche.

Etc.


Travailler l'émotionnel vis-à-vis de l'extérieur

Une fois que toutes ses étapes sont OK, on va pouvoir s'attaquer à l'extérieur.

On va changer la perception que le chien a de ce moment, de ce contexte, de cette situation.


Reconnecter avec le flair

L'utilisation du flair a beaucoup de bienfaits pour le chien.

Il calme et apaise, réduit le rythme cardiaque, répond à son besoin olfactif et concentre.

Il permet également de recréer le réflexe de prendre les informations du lieu, de l'individus, etc. qui peut parfois avoir été inhibé chez le chien.

N'hésitez donc pas à aider votre chien à se "poser" sur sa truffe, avec la recherche alimentaire, ou des petits jeux de recherche, ou des activités plus encadrées comme le mantrailing, le nosework, etc.


Renforcer son lien

Bien souvent dans ce type de problématique, il faut retravailler un peu le lien entre le chien et son humain dans certains contextes.

Les activités de recherche peuvent y contribuer, notamment si vous apportez la récompense.

L'important va être de créer du fun entre l'humain et le chien lors des sorties. Cela peut être par différents moyens : valider les regards, travail du suivi d'épaules, jeux, etc.

Attention cela demande une implication de l'humain. Pour avoir un chien connecté à son humain, il faut un humain connecter à son chien.

Quand je parle de chien connecté, je ne parle pas d'un chien focus h24 sur son humain, mais simplement un duo qui se balade ensemble, un chien qui check son humain régulièrement, un chien disponible si l'humain le rappel, un humain qui observe son chien, etc. bref un moment de plaisir partagé, comme se balader entre amis.



Je pourrais encore parler longtemps de ce sujet, mais on va en rester à deux articles pour l'instant. N'hésitez pas à me dire si vous voulez que je développe le sujet.

Gardez bien à l'esprit que le plus important est dans un premier temps de comprendre pourquoi votre chien présente tels ou tels comportements, avant de vouloir agir dessus.

Qu'une fois cela effectué il faut faire un travail de fond, qui peut commencer à la maison, qu'il faudra être patient, bienveillant et ne surtout pas hésiter à se faire accompagner.

129 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page