La surstimulation

Depuis quelques temps, je constate que de plus en plus de propriétaires rencontrent des problèmes d'excitabilité chez leur chien, souvent aux alentours de ses un an. Très vite, on se rend compte que, depuis chiot, le chien a de nombreuses d'activités : jeux d'occupation, tapis de fouille, longues promenades, balades collectives, jeux avec ses propriétaires, apprentissages de tricks....  on arrive très rapidement à 2-3 heures (parfois plus) de stimulation par jour. Tout cela est fait avec les meilleures intentions du monde. Un nombre constamment en croissance de propriétaires se renseignent et prennent conscience qu'un chien s'ennuie, que l'accès à un jardin n'est pas suffisant pour son épanouissement et que le chien a des besoins de dépenses physiques et cognitives. Et c'est très bien. Mais un chiot n'a pas les mêmes besoins qu'un chien adulte.  Pour ce qui est des dépenses physiques, on compte environ cinq minutes par mois  de vie, jusqu’à ses douze mois. Par exemple, pour un chiot de quatre mois, on compte vingt minutes et pour un chiot de sept mois, on compte trente-cinq minutes. Cela comprend toutes les stimulations physiques : jeux avec les propriétaires, balades, etc., toute activité physique qui est à l'initiative de l'humain. Pour ce qui est des dépenses mentales, il ne faut pas oublier que cela fatigue également le chien. Renifler par exemple, fatigue plus le chien que le fait de courir, même si c'est, en apparence, une activité plus calme. Bien entendu il est important de proposer des activités mentales au chiot, mais il convient de rester modéré comme pour les dépenses physiques. Et si on lui propose une grosse activité cognitive, on va réduire ses dépenses physiques du jour et inversement... Il est évident que tout ceci doit être adapté à chaque individu, ce ne sont que des moyennes.  Cependant, surstimuler son chiot peut avoir de lourdes conséquences pour son futur. Une activité physique trop importante et répétée peut endommager les articulations en construction de votre chien et lui causer des problèmes de santé quand il aura pris de l'âge. Même si aujourd'hui il ne boite pas, les conséquences sur les articulations peuvent apparaître quelques années plus tard. Un chiot a besoin de moments calmes, c'est-à-dire sans aucune sollicitation à l'initiative de l'humain. Pour dormir et avoir ainsi une bonne croissance, mais également pour apprendre le calme, à s'occuper seul, à attendre la balade, etc... Sans ces temps, il ne pourra apprendre tout cela. Pour prendre un comparatif humain qui illustrera mieux mon propos, surstimuler son chiot, revient à supprimer la sieste chez l'enfant. Il devient alors énervé, excité, irritable et ingérable. Il se trouve dans un inconfort physique et psychique qui le rend à fleur de peau et hyperactif aux stimulations qui l'entourent. Les problèmes de comportement engendrés par la surstimulation se travaillent. Avec l'aide d'un professionnel formé aux méthodes respectueuses du chien, vous pourrez aider votre chien, lui apprendre à retrouver une sérénité. Mais, il est préférable de ne pas en arriver là en ayant de bonnes habitudes dès le début. Si vous venez ou allez accueillir un chiot et que ne savez pas comment gérer son quotidien, n'hésitez à faire appel à un professionnel agissant dans le respect de tous. Il pourra alors vous expliquer, vous accompagner dans la gestion et l'organisation du quotidien de votre duo Homme/Chien. Il vous aidera à prendre de bonnes habitudes afin d'éviter de créer des problèmes de comportements éventuels. Connaître les besoins de son chien et apprendre à les respecter, est une belle preuve d'amour envers ce dernier.


cynochon@gmail.com

07 67 56 52 85

SIRET : 832 890 610 00013

ATTESTATION DE CONNAISSANCES N° 2016/4C3E-6A23

©2020 by cynochon-cynologiste. Proudly created with Wix.com