07 67 56 52 85

©2018 by cynochon-cynologiste. Proudly created with Wix.com

Mentions légales

Chien regard.jpg

ARTICLES

 
 
  • CynoChon - Cynologiste

L'akita américain

Mis à jour : 4 nov 2019

Voici aujourd'hui, un article un peu plus long que d'habitude, pour aborder une race que j'affectionne particulièrement : l'Akita Américain.

Il existe deux races d'Akita, toutes deux reconnues par la Fédération Canine Internationale : l'Akita Inu et l'Akita Américain. Si elles se ressemblent sur bien des points, elles font l'objet de grandes différences.


Bearfactz Black Shadow – AmartAmi et Eymji kennel

Pourquoi en faire un article ?

Parce que l'Akita Américain, comme de nombreuses autres races, est victime d'une image, que l'on peut tenter de dépasser. On entend souvent dire que l'Akita est un chien agressif, qu'il ne peut pas supporter ses congénères, surtout du même sexe, qu'on ne peut lui apprendre le rappel, que l'on peut difficilement lui apprendre des éducatifs...


Fort heureusement, on trouve cependant aussi de très bonnes descriptions de la race, je vous conseille d'ailleurs la lecture de cet article, écrit par Maïorga et Maëva Josselin, éleveurs d'Akitas Américains (Eymji Kennel).

Ce qui va suivre n'est bien entendu pas un mode d'emploi pour bien vivre avec votre Akita Américain. Tout simplement parce qu'il n'y en a pas. J'ai simplement voulu tracer un portrait de la race, d'après mes observations, mon expérience et mes nombreux échanges avec des éleveurs et des passionnés.

Il s'agit uniquement de mon point de vue en tant que passionnée de la race et professionnelle du comportement canin.

L'Akita Américain, du chasseur au chien de compagnie

Les origines

Avant d'aborder le caractère de ce chien, parlons de l'origine de la race.

C'est un excellent moyen de comprendre et de connaître les besoins et les prédispositions d'une race.

L'Akita est connu pour avoir été un chien de chasse à gros gibier, notamment des ours. Les chiens devaient traquer et contenir celui-ci, jusqu'à ce que les humains arrivent. Notez bien que j'ai utilisé le pluriel. En effet, ce n'était pas un seul Akita qui allait chasser l'ours, mais plusieurs, ce qui n'est pas étonnant quand on y réfléchit. Nous avons affaire ici à des chiens travaillant ensemble et sans les humains. Gardez cela à l'esprit pour la suite.

Par la suite, l'Akita a été utilisé comme chien de protection et de combat. Un chien tenace donc, qui ne va pas s'inhiber face à un congénère ou à une situation stressante. L'Akita se retrouvait alors confronté à une situation problématique, qu'il devait résoudre seul, sans aucune intervention humaine.

Puis enfin, l'Akita Américain est devenu le chien que l'on connaît aujourd'hui, un chien de compagnie. C'est-à-dire, un chien avec lequel on ne travaille plus et qui n'a d'autre activité que la « vie de famille ».


Précisons qu'à chaque nouvelle étape, qu'à chaque nouvelle fonction, des croisements avec d'autres races ont été faits ainsi qu'une sélection de critères recherchés, ce qui a finalement donné naissance à la race.

Maintenant que ses origines ont été brièvement retracées, qu'a-t-on appris ?

1. Il a été un chien de chasse.

Cela implique qu'il a dû travailler en équipe. C'est-à-dire que même dans des situations fortes en émotion, en excitation, en frustration et en stimulation, il devait être capable de communiquer et d'interagir positivement avec ses congénères. Cela implique également, qu'il devait attendre l'arrivée de l'humain, sans laisser partir la proie et sans se décourager, mais aussi faire preuve d'une grande autonomie pour prendre seul les bonnes décisions. Il devait également faire preuve d'une grande ténacité mais aussi de courage pour ne pas laisser une proie forte et dangereuse s’enfuir ou le blesser.

Je rajouterais qu'il devait être à l'écoute de l'humain, pour l'attendre et le laisser gérer la suite de la chasse, malgré une très forte excitation.

Ces origines nous permettent aussi de noter que l'Akita Américain va avoir des prédispositions liées à la chasse, comme de suivre une piste, courir après une proie, etc...

Il est important d'en avoir conscience, car il faudra, si l'on ne chasse pas, mettre en place des compensations pour lui permettre de répondre à ses besoins, en s'adaptant bien sûr à chaque individu.


Ouvrons ici une parenthèse pour rappeler qu'un chien dont les besoins ne sont pas respectés, va accumuler de la frustration. Celle-ci va s'exprimer de façon non contrôlée et souvent par le biais de comportements non acceptables dans la société humaine. En résumé : pas de chien équilibré sans besoins comblés.

2. Il a été un chien de protection et de combat.

Comme on l'a vu plus haut, il dispose donc d'une forte ténacité et d'une capacité à ne pas s'inhiber face à un congénère ou un humain non amical.

Les caractéristiques liées au combat ont une incidence sur les signaux qui précédent l'attaque. En effet, lors de combats organisés par l'humain, il est nécessaire que les chiens attaquent très rapidement, sans passer par les signaux de prévention : grognements, babines retroussées, etc.

C'est l'humain qui, avec la sélection, a remodelé la communication et les codes canins.

Avec le combat et la protection, on retrouve de même, cette autonomie que le chien doit avoir pour prendre seul et rapidement les décisions face à une situation extrêmement stressante.

Les combats de chiens vont également apporter une « sur-protection » des parties les plus vulnérables du corps, comme les parties génitales, ainsi qu'une prédisposition à se cacher lorsqu'il est dans des postures qui le rendent plus vulnérable. En effet, il n'est pas rare d'entendre que l'Akita Américain aime se cacher pour faire ses besoins ou qu'il a tendance à réagir quand un chien s'approche de son arrière train.

Il va donc être important, dès chiot, de faire un travail de manipulations important afin d'associer ces endroits du corps à quelque chose de positif.

3. Il a été et est toujours un chien de compagnie.

Avec notamment l'ajout de berger qui a introduit dans la race, un peu d'aptitude à communiquer et à se référer à l'humain.

On peut citer le Berger Allemand qui a apporté à la race, des qualités de chien de berger et de garde, comme l'aptitude à se référer à l'humain, le courage, la ténacité et l'autonomie.


Pour schématiser, nous pouvons résumer ainsi les qualités et les idées reçues concernant l'Akita Américain.


Mais, apportons maintenant quelques nuances :

- Sa ténacité est considérée comme un défaut, on parle de chien têtu, alors que c'est un atout considérable. C'est un chien qui ne va pas « lâcher l'affaire », une qualité indispensable dans n'importe quelle activité. Si vous trouvez ce qui motive votre chien, vous aurez un chien impliqué dans le travail et qui ne se découragera pas devant une difficulté.

- Son autonomie, considérée à tort comme un défaut. Autonome dans la prise de décision, induit que vous aurez un chien qui réfléchit. Ce qui est plutôt une bonne chose.

- Et comme, nous avons aussi vu qu'il est capable d'être à l'écoute de l'humain, on pourra ainsi lui apprendre, lors de situations problématiques, à se référer à son propriétaire, pour savoir ce qu'il doit faire.

- Le fait qu'il soit chasseur n'est pas un problème, si vous êtes capable de lui proposer des compensations qui répondent à ses besoins.

Vous avez alors face à vous un chien très intelligent.

Communiquer avec ses congénères

Sa relation avec les autres chiens peut s'avérer compliquée, du fait de son physique et de sa communication subtile.

En effet, l'Akita Américain est très massif et fier. Il va se tenir très droit, et en « imposer » naturellement, ce qui peut perturber et être mal interprété par certains chiens.

Ses yeux ne sont pas tout à fait placés de la même manière que sur la majorité des races. Ils sont un peu plus proches, et se rapprochent plus de la physionomie humaine. C'est une différence très légère et à peine perceptible pour l'humain, mais très remarquée par les chiens qui communiquent énormément en non-verbal. S'ajoute à cela, ce que l'on a vu plus haut, à une époque, l'Akita Américain a été sélectionné pour passer à l'action, sans perdre de temps.

Mais, il serait faux de dire que l'Akita Américain ne communique pas. En effet, cette époque est assez lointaine et depuis, on a ajouté d'autres races et sélectionné des sujets plus expressifs.

Toutefois, la communication de l'Akita Américain, n'est pas aussi claire et visible que pour d'autres races. Elle est très subtile et discrète. Il va surtout s'agir de changement dans le regard, de tensions corporelles à peine perceptibles , de micro mouvements d'oreilles, de changements de rythme respiratoire, etc.

Les chiens ne prenant pas le temps de lire leurs congénères, ne vont pas percevoir correctement tous ces signes.

Et même si tous les chiens ne passent pas à côté de tout cela, la majorité des humains ne parviennent pas quant à eux, à voir les signaux de leurs chiens.

Une bonne socialisation va apprendre à l'Akita Américain à multiplier les signaux et à forcer le trait. L'humain va également avoir un rôle à jouer en renforçant les comportements de communication pour inciter le chien à les reproduire.


L'Akita Américain a également besoin de plus de temps que la majorité des races pour intégrer les informations, car il analyse de nombreux éléments. C'est pourquoi un chien qui arrivera rapidement sur lui et sans « préliminaires » va être compliqué à gérer pour lui.


Notons aussi que dans le jeu, l'Akita Américain est extrêmement physique et démonstratif. Ce sont souvent des jeux de bagarre avec force de grognements, qui pour les non habitués, et certains chiens, sont souvent pris pour de vraies bagarres.

Un chien de travail

Lorsque l'on se renseigne sur la race ou que l'on décide d'accueillir un Akita Américain au sein de son foyer, on entend, encore et toujours à regret, les mêmes conseils et recommandations : ne le lâchez jamais, ne le mettez pas en contact avec d'autres chiens, un Akita n'obéit pas, etc.

Mais une fois que l'on répond à ses besoins, que l'on trouve ce qui le motive, il peut faire n'importe quelles activités, et on peut lui apprendre de nombreuses choses.

L'Akita Américain peut avoir un excellent rappel. Il suffit juste de prendre le temps de lui apprendre correctement et positivement, de répondre à ses besoins, et de travailler avec ce qui le motive. Un exemple :


On peut faire de l'éducation pure avec eux, avec les mêmes pré-requis que pour le rappel :


On peut faire de la recherche, avec les mêmes pré-requis que pour le rappel :



Un Akita Américain est un chien qui peut être sociable et très bien codé. Mais pour cela il faut le lui apprendre, comme pour tous les chiens. Dès son plus jeune âge, il est nécessaire de le mettre en contact avec d'autres chiens de toutes races, de tous âges, d'autres animaux, d'autres environnements, et cela tout au long de sa vie.


Bearfactz Black Shadow, Stecal's Just Divine, Tohoku Adventures Of Alice, AmartAmi et Eymji kennel

Le quotidien avec un Akita Américain

Maintenant, je ne dirais pas que l'Akita convienne à tout le monde, non, mais existe-t-il un chien convenant à tout le monde ? Si vous vous posez encore cette question, rassurez-vous, j'y répondrai très bientôt dans un prochain article.

L'Akita Américain demande un énorme investissement, en termes de disponibilité et de sensibilité.

Il faudra porter une attention toute particulière à sa socialisation, notamment avec ses congénères.

Je dis très souvent, pour caricaturer, que l'Akita Américain se désocialise en deux semaines. Ce n'est pas tout à fait exact mais c'est un chien qui se désocialise très vite.

Ce n'est pas parce que vous avez été à des cours collectifs quand il était petit que c'est définitivement acquis. Il faudra très régulièrement lui faire vivre des expériences positives avec d'autres chiens, et des chiens différents.


C'est un chien très sensible qui se souviendra très facilement des mauvaises expériences. Et s'il a eu une expérience négative, ne le prenez pas à la légère. Il faudra intervenir rapidement en lui faisant rencontrer des chiens très cool, pour que cette expérience n'impacte pas votre chien.

Nous avons vu les aptitudes de l'Akita Américain en partant de ses origines, voyons maintenant ce que cela donne en pratique.

C'est donc un chien très autonome. Il faudra alors trouver ce qui motive votre chien, et rester vigilant et attentif lorsque vous êtes avec lui.

Il communique de façon très subtile. Il faudra apprendre à identifier ses signaux, apprendre à les interpréter et à savoir comment y réagir.

Lorsque vous voyez qu'il est en situation d'inconfort, sortez le doucement de cette situation et travaillez dessus pour qu'il l'associe à du positif.

Lorsque ma chienne est en interaction avec un congénère, je regarde tous ses mouvements, même un micro mouvement d'oreilles peut être le signe d'un inconfort pour elle, et je dois alors intervenir rapidement.

Tout cela demande beaucoup d'observation et une grande écoute de la part de l'humain, mais aussi une forte complicité entre le chien et son propriétaire, des éducatifs précis et un cadre clair.


Pour ce qui est du cadre, cela ne veut pas dire être stricte ou dur. Vous n'avez pas besoin de multiplier les règles, mais devez être précis, cohérent et constant lorsque vous mettez en place un éducatif (règles, éducation, etc.). Vous devez de même avoir défini ce que vous attendez, et ne jamais être dans l'à peu près. Rappelez vous, vous avez un chien autonome dans ses décisions, et qui réfléchit énormément. Vous devez être clair, mettre des mots-clés simples et précis pour qu'il puisse vous comprendre. Si vous laissez une brèche, l'Akita Américain la trouvera. Et il sera beaucoup plus difficile de revenir en arrière. Pour résumer : il faut être très rigoureux.


Attention, tout ceci peut parfaitement et doit être fait dans le respect du chien sans jamais le mettre en situation d'inconfort, de mal-être et sans utiliser de méthodes coercitives, ce qui vaut pour n'importe quel chien.


En conclusion

Et pour en finir avec le fait que l'Akita Américain n'est pas le monstre sanguinaire que l'on nous décrit le plus souvent, lorsque l'on franchit l'Atlantique, la définition de l'Akita Américain n'est pas la même. En effet, Il n'est pas considéré comme associable, têtu, chasseur, etc. Il est vrai que la sélection n'est pas uniquement physique, mais également comportementale, les éleveurs retirent de la reproduction les chiens réactifs. On voit même apparaître des Akitas Américains de travail.


Akita Review Magazine 2018

Bien entendu, vous pouvez aussi trouver en France des élevages qui sélectionnent le caractère de leurs reproducteurs. En effet si les parents ne supportent pas leurs congénères, les chiots auront beaucoup plus de mal à être sociables.

Préférez alors les éleveurs qui socialisent les parents et les chiots, qui vont vous recommander de faire vivre des expériences positives à votre chiot, avec d'autres congénères...

La sélection et la socialisation sont deux points à mettre en priorité lorsque vous voulez accueillir un Akita Américain. Si aucune sélection comportementale n'est faite, si aucune socialisation n'est faite, passez votre chemin.

Demandez à voir les parents et les chiots entre eux et étudiez leur comportement.

Si vous souhaitez accueillir un Akita Américain, je vous encourage à aller à la rencontre d'éleveurs, de propriétaires, de passionnés, etc. et enfin, d'aller voir des Akitas Américains.

Une chose est cependant certaine. Il faudra toujours vous adapter à l'individu, l'être vivant que vous aurez face à vous, avec ses particularités qui lui seront propres. Si vous respectez cela, vous vivrez alors de beaux moments d'échange et de complicité avec votre Akita.


Wolk, Vaïla, Chewie

52 vues